Nos comportements "biologiques"

Fuite, combat, inhibition...

Regardons les choses de manière simple, sans entrer dans la neurobiologie - on retrouve ces trois comportements chez la majorité des vertébrés et "l'homme des origines" avait les mêmes.

Selon les situations, l'une de ces réactions pouvait le sauver d'une mort éventuelle : "la perte d'intégrité physique"

 

Face au danger, après un court temps de sidération, en améliorant ses performances, son cerveau lui offrait d'abord de fuir. Courir, sauter, grimper à un arbre afin de se sauvegarder de son prédateur.

 

Dans certaines conditions, à défaut de pouvoir fuir ou s'il s'estimait plus fort que son prédateur, il pouvait ou devait combattre.

 

Si, ni la fuite, ni le combat ne pouvaient le sauver, sa "solution" était l'acceptation, la soumission, jusqu'à "faire le mort

Ces réactions comportementales connues sont aujourd'hui toujours inscrites dans notre cerveau. Ce sont des "programmes" dits de survie. Il ont peu ou pas évolué, sont  très efficaces mais aussi très grossiers, bien loin de la très sophistiquée pensée consciente !

Les temps ont changé. De nos jours et sous nos latitudes, il n'y a plus guère de lion qui nous attaque aux abords de la forêt et les situations sont souvent beaucoup plus complexes.

Alors ces trois comportements se voient attribuer d'autres noms : Irritabilité/colère, évitement, perte des moyens.

Mais c'est toujours la sécurité qui est mise en jeu et la peur qui est responsable!